La cryptomonnaie : l’impact écologique

environnement

Une prise de conscience est-elle nécessaire ? En 2017, les estimations de l’Équipe ont démontré que le Bitcoin était responsable de 69 millions de tonnes de dioxyde de carbone et ce, même si plusieurs experts ont qualifié de « naïves » ces données. En confrontant sa courbe d’utilisation à celle de nombreuses autres technologies, ils ont pu estimer à quelle vitesse celui-ci se propageait.

Dans un futur proche, les chercheurs auront l’obligation de faire évoluer les systèmes pour à terme devenir durables et de prendre conscience de l’impact environnemental. Tout développement complémentaire de la cryptomonnaie devra avoir pour objectif de réduire la consommation en électricité si nous voulons enrayer les conséquences désastreuses de l’augmentation de 2°C de la terre.

La création de la cryptomonnaie demande une très forte puissance de calcul réalisée par des ordinateurs extrêmement énergivores. Cependant, la quantité de cryptomonnaie ne cessant de croître, la consommation d’électricité est devenue exponentielle. Malheureusement, la plupart des acheteurs ne se rendent pas forcément compte de l’impact qu’a cette monnaie virtuelle.

La cryptomonnaie la plus célèbre à ce jour reste le Bitcoin. Depuis février 2017, elle n’a pas cessé de monter jusqu’à atteindre 7 fois sa valeur initiale. Il faut donc plus de calculs de plus en plus puissants pour effectuer le minage. Les ordinateurs devront donc évoluer en devenant de plus en plus complexes et de moins en moins énergivores.

Cette monnaie virtuelle est assurément devenue en peu de temps une valeur spéculative et le cœur d’investissements. Voici quelques chiffres pour mieux visualiser ce phénomène : une personne ayant investi 100 dollars en 2012 dans le bitcoin a gagné pas moins de 114.000 dollars en huit ans. C’est ce que l’on appelle avoir du nez!

La cryptomonnaie paraît donc être un bon plan si ce n’est d’un point de vu environnemental. En effet, une seule transaction Bitcoin génère la production d’autant d’énergie que la consommation moyenne d’une habitation en une semaine. Il faut donc s’imaginer cette transaction à grande échelle avec pas moins de 300.000 transactions par jour.

Ainsi, plus le prix grimpe, plus les mineurs augmentent la puissance de calcul dans le but de produire des nouveaux bitcoins sur le marché et ils ont donc besoin de plus d’électricité. C’est un cercle vicieux qui impacte directement l’environnement. Les mineurs, ceux qui génèrent les bitcoins, en veulent toujours plus pour plus de bitcoins. Ainsi les mineurs du monde, avec l’électricité consommée, pourraient fournir de l’électricité à 2,26 millions de foyers américains.

Si le bitcoin a bien un fort impact écologique, qu’en est-il des autres technologies et de la monnaie fiduciaire ?

Comme nous le savons, les mineurs de bitcoins repoussent le système toujours plus loin, pour en fabriquer toujours plus et cela pollue ! Ce n’est donc pas écologique. Lorsque l’on voit que le coût des recherches de Google en une année nécessite la même consommation électrique que celle d’un pays comme le Laos, on se rend vite compte que le bitcoin n’est pas le seul responsable de cette crise écologique planétaire.  

Quand on fait allusion aux monnaies virtuelles, les connaisseurs nous parlent de l’impact écologique et de ses dérives (comme du mauvais côté d’internet avec le dark et le deep web). Mais qu’en est-il des monnaies que nous utilisons au quotidien ?

Si l’on dénigre particulièrement l’impact écologique de la monnaie virtuelle par rapport à celui de la monnaie fiduciaire, il faut se rendre compte que le bitcoin arrive seulement en huitième position sur le classement de la consommation annuelle des monnaies, bien derrière les centres de données aux États-Unis, la production mondiale de monnaies fiduciaires et la production de métaux précieux.

Quelques cryptomonnaies éthiques

Depuis son apparition, le Bitcoin a été un élément pionnier dans la démocratisation des cryptomonnaies et c’est ainsi que nous avons pu observer l’apparition d’autres monnaies de ce type dont certaines ont pour objectif de favoriser l’écologie dans leur utilisation. Voici quelques crypto-monnaies dont l’existence va de pair avec les principes écologiques ou éthiques:

Solar Coin

Une initiative américaine qui a pour objectif de valoriser la transition vers l’énergie solaire et d’obtenir des moyens pour financer ces projets. Pour chaque MWh produit, le producteur comme le particulier recevra un SolarCoin sur son portefeuille virtuel.

L’Ecocoin

Comment cette monnaie gratifie-t-elle l’utilisateur pour les bonnes actions réalisées en matière de développement durable ? A chaque fois que ses actions sont favorables pour l’environnement, il peut prétendre obtenir des Ecocoins. Toutefois son action doit être entérinée par l’un des partenaires de la monnaie (exemple : un magasin biologique dans lequel il fait ses courses peut prouver que ses habitudes de consommation sont responsables auprès de l’Ecocoin).

PlasticBank

La PlasticBank a pour but de réduire la pollution de plastique dans les océans et donne un prix aux déchets plastiques récoltés. La monnaie possède un taux de valorisation des déchets plastiques supérieur à celui du marché, favorisant ainsi la collecte pour le recyclage et incitant les collectivités locales à mieux prendre en compte le tri dans leur politique. Elle peut également financer des usines de recyclage dans des pays n’ayant pas les moyens d’en construire.

Peercoin

Le Peercoin utilise le “proof of stack” qui permet d’éviter la centralisation des calculs sur un même ordinateur et les répartit sur l’ensemble des utilisateurs de la monnaie. Cette technique veut diminuer l’impact énergétique dont la monnaie a besoin pour son fonctionnement. En échange, les utilisateurs gagnent 1% d’intérêt pour les remercier de leur contribution.

Fair Coin

Le FairCoin rassemble toutes les notions du développement durable autour d’une même monnaie. En effet, l’entreprise FairCoop souhaite une meilleure distribution des richesses et améliorer les facteurs de liens sociaux grâce au Fair Coin et ce, tout en limitant l’impact énergétique généré par la création de cette monnaie.

Grâce aux cryptomonnaies, il devient facile de soutenir des projets éthiques pour l’homme et la planète !

Et vous, dans quels cas utilisez-vous de la cryptomonnaie ?

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *